MRL14-Monde_flamboyant 

Cette année encore, j'ai eu la chance d'être sélectionnée pour participer aux Matchs de la Rentrée Littéraire #MRL14 organisés par PriceMinister.

J'ai choisi de lire et chroniquer Un Monde Flamboyant de l'américaine Siri HUSTVEDT. 

Je dois avouer que j'ai été assez déroutée par ce roman qui n'a pas la construction d'un roman mais se rapproche plus d'un essai universitaire. Il s'agit toutefois bien d'une fiction et les protagonistes sont des inventions de l'auteur. 

Il faut lui reconnaître que cette juxtaposition de témoignages, d'extraits de presse, de journaux intimes fonctionne bien... et que l'auteur réussit à donner un style propre aux récits de chacun des personnages.Malgré tout, j'ai eu du mal à rentrer dans l'histoire d'Harriet Burden et je ne suis pas d'accord avec la présentation en tant qu'enquête quasi-policière comme je l'ai plusieurs fois lu. Nulle enquête ne nous est racontée, nous lisons tout au mieux les conclusions de cette enquête, de ce travail universitaire. 

Le postulat de base est de savoir si Harriet Burden est une affreuse menteuse s'étant appropriée l'oeuvre d'autrui ou une géniale mystificatrice ayant laissé penser que son oeuvre n'était pas sienne et ayant mis en scène la mascarade... 

L'exploration de la personnalité d'Harriet se fait au travers de ses propres carnets mais aussi des témoignages de ses proches (enfants, amie d'enfance, conjoint, artistes ayant eu résidence chez elle...) et de personnages-clés du monde de l'art contemporain (critiques, galeristes, journalistes...). Mais elle est surtout prétexte à décortiquer le monde de l'art contemporain qui fait et défait les côtes et la célébrité d'un artiste au gré des modes. On nous y sert le couplet des liens entre le monde de l'art et celui de l'argent, on nous y dissèque les méthodes marketing liées au lancement d'un artiste tel un nouveau produit à mettre en rayon... 

Je n'arrive pas à savoir si j'ai aimé ou pas ce livre car je n'ai pas trop su de quelle façon et avec quel état d'esprit il convenait de l'aborder : fiction pure ou documentaire masqué ? 

C'est pour cela que si je devais le noter, je lui mettrais une note "moyenne plus", 14/20.