170801_st_mathieu_1

La Pointe Saint Mathieu... un bout du monde... un de ces lieux qui ne laisse pas indifférent...

S'il y a bien un endroit où je tenais à retourner aux environs de Brest, c'est à la Pointe Saint Mathieu. Alors, nous sommes partis tôt un matin, arrivant avant le flot des touristes.

Première surprise, nous apercevons des chevaux postiers bretons de l'autre côté du muret du parking. Nous approchant, nous constatons qu'en fait, ils sont sortis de leur pré et qu'ils paissent tranquillement au bord de la route. Leur propriétaire vient d'arriver et s'affaire à réparer la clotûre, les laissant à leur coin d'herbe. Parmi eux, un poulain nous attendrit plus particulièrement et nous observons le comportement du troupeau : les juments à l'avant, entourant le poulain, et l'étalon à l'arrière en surveillance. Une fois l'enclos réparé, le propriétaire des chevaux attrapera doucement la jument dominante pour l'emmener jusqu'à son pré et le reste du troupeau suivra sans aucun souci.

Nous marchons alors en direction du Mémorial National aux Marins Morts pour la France érigé en 1927. Depuis, le fortin attenant a été aménagé en cénotaphe pour ceux qui souhaitent se recueillir. Une batterie d'artillerie y avait été installée lors de la 2e guerre mondiale.

Puis, nous gagnons le pied du sémaphore, que nous contournons par le sentier des douaniers afin de nous rendre au pied du phare. Celui-ci étant ouvert, et le ciel étant dégagé, nous décidons d'y monter afin de profiter de la vue à 360° sur les environs.

Le phare Saint Mathieu fait 36 mètres de hauteur et comporte 163 marches pour accéder au feu tournant. Il est aligné avec le phare de Kermorvan pour donner la direction du chenal du Four, également éclairé par le phare de Trezien. Il s'agissait là d'une route maritime majeure, interdite à la navigation de fort tonnage au profit du Rail d'Ouessant dans les années 1970 et plus encore après la catastrophe de l'Amoco Cadiz. Aligné avec le phare du Portzic, il balise l'entrée du goulet de Brest.

De là-haut, le panorama est fantastique sur le mer d'Iroise, et la presqu'île de Crozon dont on distingue les Tas de Pois à l'horizon. On se trouve également au dessus de la petite chapelle et des ruines de l'ancienne abbaye.

Une fois redescendus, nous explorons les ruines de l'abbaye. Si elle est installée sur le site depuis le VIe siècle, les bâtiments que nous découvrons ont été construits à partir du XIe siècle. Avec l'arrivée des reliques de Saint Mathieu, elle est devenue une abbaye de grande importance et une ville d'environ 2000 habitants s'étend à ses pieds. Au XIVe siècle, l'abbaye est fortifiée sur ordre du duc de Bretagne pour la protéger des attaques dont elle est la cible. A la fin du XVe siècle, l'abbaye passe sous le principe de la commende et les abbés sont nommés d'abord par le duc de Bretagne puis par le roi de France après l'annexion du Duché au Royaume et comme dans nombre d'abbayes, faute d'une gestion intègre, cela entraine un déclin progressif. A la Révolution, il ne restait plus que 4 moines dans cette abbaye de bout du monde.

Afin de terminer la matinée, nous décidons de faire quelques km sur le GR34. Les vues sur la mer d'Iroise et l'entrée du goulet de Brest sont splendides. Quelques bateaux passent au large et nous tentons de les identifier, ce qui n'est pas toujours aisé. Nous croisons plusieurs restes de batteries et bunkers de la seconde guerre mondiale. Puis, nous faisons demi-tour afin de regagner la voiture... La matinée touche à sa fin et il est temps de s'inquiéter du ravitaillement !

170801_st_mathieu_2

170801_st_mathieu_3

170801_st_mathieu_4

170801_st_mathieu_5

170801_st_mathieu_6

170801_st_mathieu_7

170801_st_mathieu_8

170801_st_mathieu_9

170801_st_mathieu_10

Pointe Saint Mathieu - Finistère - juillet 2017