181026_Rochemaure_0

Au pied du village perché de Rochemaure, dominé par les ruines d'un château médiéval construit sur un éperon volcanique, le passage du Rhône a longtemps été un problème.

Au milieu du XIXe siècle, un pont suspendu de type Seguin est installée. Il subira des dommages à plusieurs reprises lors de la 2e guerre mondiale : destruction du tablier en 1940 par l'armée française, reconstruction par l'armée allemande, bombardement qui détruit la pile centrale et une partie du tablier en août 1944. Le pont est reconstruit en 1946 "avec les moyens de l'époque"... 

L'augmentation du traffic routier pèse sur le pont et le tablier cède sous un camion en 1968. Les câbles sont également endommagés. L'ouvrage est réparé mais réservé aux 2 roues et aux piétons, tandis qu'un autre pont est construit un peu en aval au début des années 1970.

En 1982, deux incendies volontaires finissent d'altérer le tablier, entrainant l'interdiction de toute circulation sur le pont. Menacé de destruction, il est classé en 1985. Il faudra encore une vingtaine d'années avant d'envisager sa remise en état, à l'occasion de la création de la ViaRhôna : cheminement réservé aux modes doux le long du Rhône du lac Léman à la Méditerranée et dont le tracé prévoit un passage par le vieux pont. Mais le coût est trop élevé pour la commune, propriétaire de l'ouvrage, qui cherche alors une autre solution. Ce sont finalement les passerelles himalayiennes sur le Drac en Isère Sud qui serviront d'inspiration.

En 2013, la passerelle himalayenne de Rochemaure est inaugurée. Elle s'appuie sur des structures métalliques dissimulées dans les anciennes piles de pont, trop fragiles pour soutenir la structure et permet la traversée du fleuve en 2 volées pour une portée totale de presque 340 mètres. Elle est ouverte uniquement à la circulation piétonne et offre un point de vue original sur le Rhône mais aussi sur les anciennes piles du pont Seguin.

Cela faisait un moment que j'en voyais passer des photos et c'est lors de notre dernier passage à Montélimar que nous avons fait le crochet pour aller la voir... et faire la traversée ! Il est intéressant de noter que malgré les enfants qui se faisaient un plaisir de tout faire pour appliquer des mouvements à la passerelle, elle présente une relative stabilité et je n'en ai perçu les balancements que lorsque je me suis arrêtée pour prendre des photos (cela rend d'ailleurs l'exercice un peu plus compliqué ! )...

Un petit goût d'aventure facilement accessible...

181026_Rochemaure_1

181026_Rochemaure_2

181026_Rochemaure_3

181026_Rochemaure_4

181026_Rochemaure_5

181026_Rochemaure_6

Rochemaure - Ardèche - octobre 2018