190315_blacksad

Cette année, j'ai de nouveau participé à l'opération La BD fait son Festival organisée par Rakuten. C'est dans ce cadre que j'ai reçu un exemplaire de Blacksad.

Si l'on devait résumer le pitch de ce premier tome de la série Blacksad, cela donnerait quelque chose comme : "Blacksad, détective privé confronté à l'assassinat d'une actrice avec qui il a eu une liaison, mène l'enquête car la police a les poings liés". Que du très classique finalement !

Cependant, Blacksad, c'est beaucoup plus qu'un pitch simpliste autour d'un détective privé cynique. Déjà parce que les personnages sont des animaux complètement anthropomorphes ! Blacksad est un chat, le commissaire de policier un berger allemand... qui évoluent comme des humains dans un monde qui pourrait être humain. Mais cela n'empêche pas l'auteur de jouer avec leurs spécificités animales. On peut ainsi entendre Blacksad dire qu'il n'a pas envie de chercher à savoir s'il a vraiment sept vies.

Par ailleurs, la narration est finement menée et arrive à nous surprendre sur un sujet qui semblait maintes fois traité. On a beau se douter de la façon dont tout cela va se terminer, on a envie de savoir comment cela va exactement se finir...

Surtout, Blacksad, c'est une ambiance ! Le dessin est sombre, comme un film (vraiment) noir, et nous plonge dans un univers interlope. Il a aussi cette capacité à ne pas être plat, à faire vivre le mouvement. Dans une scène de bagarre, on a réellement l'impression de voir le protagoniste chuter. J'ai appris que le dessinateur avait travaillé pour le cinéma d'animation et cela se sent nettement dans sa façon de transposer les mouvements dans les planches.

Je ne sais pas si j'aurais choisi cette bande dessinée sur l'étal d'un libraire ou le rayonnage d'une bibliothèque mais je serais alors passée à côté d'une belle découverte. Cet opus puissant m'a donné très envie de lire les aventures suivantes de ce félin atypique.

"Parfois, quand j'entre dans mon bureau, j'ai l'impression de marcher dans les ruines d'une ancienne civilisation. Non à cause du désordre qui y règne, mais parce que certainement cela ressemble aux vestiges de l'être civilisé que je fus jadis"

 

 

 

(*) Blacksad, scénario de Juan DIAZ CANALES, dessin et couleurs de Juanjo GUARNIDO, édité chez Dargaud

(**) Bande dessinée offerte par Rakuten dans le cadre de l'opération La BD fait son Festival.