180321_ar_men_BD

Cette année encore, j'ai participé à l'opération La BD fait son festival, organisée par Rakuten-PriceMinister. C'est dans ce cadre que j'ai reçu la BD Ar-Men d'Emmanuel Lepage, en échange d'une critique.

Je suis ravie d'avoir reçu ce livre qui parle de la Bretagne dans ce qu'elle a de plus extraordinaire, au sens littéral du terme. Et je n'ai pas pu attendre bien longtemps avant de plonger dedans...

Ar-Men, c'est ce phare qui éclaire la chaussée de Sein, construit entre 1867 et 1881, quelques heures par an au gré des marées tant que le fût n'a pas dépassé le niveau de la marée haute.
"Il est le phare le plus exposé et le plus difficile d'accès de Bretagne, c'est-à-dire du monde." Cette phrase en préambule pose d'emblée les choses.

En 1962, Germain y est gardien : "Ici tout est à sa place... et je suis à la mienne". Louis vient de remplacer Pierrick pour garder le phare avec Germain. La vie est rythmée par les bulletins météo, l'allumage du feu et les quarts pour s'assurer de son bon fonctionnement.

Durant ses veilles, Germain est accompagné de ses fantômes.. et des légendes locales, particulièrement celles de Gradlon, de sa fille Dahut et de la fabuleuse cité d'Ys. Lorsqu'une vague plus forte s'engouffre dans le phare, l'enduit du mur vole en éclats et d'autres légendes, d'autres secrets se dévoilent : le phare livre son passé à Germain.

Les jours, les nuits, les légendes, le passé, le présent se mêlent : légendes, naufrages et fortunes de mer, Résistance(s), construction du phare,... Chaque épisode, chaque période a sa propre gamme de couleurs et si les cases sautent parfois de l'un à l'autre, je n'ai pas l'impression de m'être égarée.

Le phare, voyage immobile, permet à ses gardiens d'affronter leur passé, dans cette solitude choisie. Il est aussi le prétexte à l'évocation de légendes encore bien vivaces, de combats pas si anciens.

Le phare, la mer d'Iroise, les rochers, les hommes un peu rêches... cela pourrait sembler un peu cliché tant rien ne manque et pourtant, on sent un souci du détail, une volonté de rendre compte chez Emmanuel Lepage qui évite le côté folklore de pacotille... pour nous livrer une fresque grandiose, un panorama complet de la vie du phare.

"Le feu est clair. Tout va bien"

 

(*) Ar-Men d'Emmanuel Lepage, édité chez Futuropolis

(**) Reçue dans le cadre de l'opération La BD fait son festival de Rakuten-PriceMinister, je donne un 18/20 à cette BD.