Ce billet n'était pas vraiment prémédité mais hier en cherchant tout autre chose, je suis tombée sur une boîte de vieilles photos... que je n'ai pas pu m'empêcher de regarder... Et parmi les souvenirs d'enfance des garçons, j'ai retrouvé les photos d'un de mes premiers voyages...

C'était en mars 1994 (je viens de casser complètement le mythe selon lequel j'aurais 27 ans.... ), et c'était en Angleterre ! Et le moins qu'on puisse dire c'est que ça a été un sacré voyage !

Tout a commencé sur un coup de tête, le jour où ma soeur, une cousine et moi avons lancé l'idée d'aller voir une autre de nos cousines qui passait un an en Angleterre durant les vacances d'hiver... une quinzaine de jours après ! Quelques coups de téléphone échangés plus tard (on est bien avant l'ère internet), l'affaire était entendue : nous irions passer 4 jours à Shrewsbury.

Nous prenons des billets pour faire Caen/Londres à l'OTU (Office de Tourisme Universitaire... je ne sais pas si ça existe encore ?), à bas coût. Nos parents nous convoieront jusqu'à Caen en voiture et puis, nous prendrons un bus jusqu'à Ouistreham, le ferry jusqu'à Portsmouth et un autre bus jusqu'à Londres. Là, nous achèterons des billets aller/retour pour Shrewsbury. Un jour et une nuit de voyage dans chaque sens !

Le voyage commence plutôt bien... Enfin, jusqu'à ce que l'on veuille embarquer sur le bateau un peu tardivement et qu'on se rende compte que nous ne sommes pas encore enregistrées (c'était notre tout premier voyage "en autonomie", on avait beaucoup à apprendre ! ) alors que nous attendons dans la gare maritime depuis plusieurs heures et qu'il est presque minuit.. Course jusqu'à guichet de la Brittany Ferries qui est en train de fermer, enregistrement express... enfin presque : mon prénom comporte un accent et ça crée un souci, il faut refaire mon billet ! Pendant ce temps, une hôtesse prévient le bateau d'attendre et le bus de refaire une rotation tandis que le douanier vient nous contrôler directement au guichet : "vous êtes toutes majeures ?" Justement non, ma soeur a 17 ans ! Il faut donc vérifier qu'elle a l'autorisation nécessaire pour quitter la France... Tout est en règle, on file vers le bus qui nous attend, et part rejoindre la passerelle d'embarquement. Et sitôt avons-nous mis le pied sur le bateau que la dernière amarre est larguée et que le bateau s'éloigne du quai... (Moralité : maintenant j'enregistre dès en arrivant à l'aéroport ou à la gare maritime ! )

La traversée se passe sans encombre. On arrive même à dormir, les pieds sur nos sacs. Arrivées à Portsmouth, on prendrait bien un café mais tout est fermé et nous n'avons pas de pièces pour les distributeurs de boisson... Tant pis, on attendra Londres pour la boisson chaude mais je remercie mentalement notre mère qui a glissé de l'eau et des biscuits dans nos sacs.

De Londres, justement, on ne verra pas grand chose. Le bus arrive à Victoria Coach Station, on se hâte de prendre les billets pour Shrewsbury et d'acheter un sandwich. On sort quand même un peu dans la rue mais comme ni l'une ni l'autre n'avons idée d'où nous sommes exactement, nous n'osons pas nous aventurer bien loin. D'autant plus que nous sommes encombrées par nos sacs, peu adaptés à une balade en ville !

Dans le bus pour Shrewsbury, je découvre le thé à l'anglaise avec lait et sucre... ce n'est pas ce que je préfère mais ce n'est pas désagréable. Chaque ville traversée est pour moi l'occasion d'ouvrir de grands yeux ! Certaines m'évoquent plus de choses que d'autres... On finit par arriver à Shrewsbury, il fait nuit noire, il n'y a pas un chat et ma cousine ne sait pas à quelle heure nous arrivons.... On avise une cabine téléphonique, et on appelle chez John le logeur de ma cousine. Elle nous dit d'attendre, qu'elle vient nous chercher à pied de quasiment l'autre bout de la ville.... Finalement, c'est en voiture que nous la voyons arriver peu après : John a eu pitié de nous !

Il est prévu que le premier soir, nous dormions chez John là où nous pouvons : dans le salon en l'occurence, puis que les jours suivants nous soyons hébergées chez une copine française de ma cousine. Finalement, nous passerons tout le séjour chez John, squattant au fil des jours et des disponibilités les différentes chambres de la maisonnée que les autres colocataires acceptent de nous laisser utiliser et le salon... Nous n'aurons de cesse de le remercier, surtout que pour notre départ, il se propose aussi spontanément de nous accompagner à la gare routière ! C'est ainsi que j'ai pu tester être assise à l'avant à gauche dans une voiture avec la conduite à droite... Quand on a soi-même l'habitude de s'asseoir à cette même place avec un volant dans les mains, la sensation est assez étrange !

Au programme de notre séjour : de jolies promenades dans Shrewsbury et le long de la Severn, une expédition en train jusqu'à Chester en passant par le pays de Galles aux noms de village improbables, des soirées au pub ou au club où John se porte garant pour nous permettre d'entrer, un fish & chips dans du papier journal, un match de rugby France/Angleterre dans un pub anglais, des pies salées et sucrées, une soirée cinéma, beaucoup de rigolades, et plein de chouettes souvenirs !

Le retour s'est passé sans encombre comparativement à l'aller.... Nos parents nous ont récupérées fatiguées mais ravies de notre périple !

*************

Sur mes photos, surtout des rires, des joyeux moments, des délires... et assez peu de paysages... Le numérique n'existe pas, les photos sont argentiques, les pellicules et développements onéreux. De plus, elles ont par les aléas de la vie été un peu éparpillées ces 20 dernières années et il est plus que possible que certaines aient complètement disparu...

Toutefois, j'ai trouvé quelques photos de Chester. Cette ville est située dans le Cheshire, là d'où vient le chat d'Alice au Pays des Merveilles. Si la cathédrale de Chester est magnifique, je n'ai hélas pas de photo à vous montrer... Tout comme je n'ai pas de photo de Northgate et son horloge, pourtant un des symboles de la ville !

Dans Northgate Street, une des principales artères commerçantes, on trouve de nombreuses maisons à colombage et à encorbellement construites majoritairement entre le XVIIe et le XIXe siècle, ainsi que des galeries commerciales sur 2 étages, les Rows.
La muraille est un héritage de l'occupation romaine, quand Septime Sevère envisageait d'utiliser Chester comme base arrière pour l'invasion de l'Irlande. Elle a ensuite été refaite à plusieurs reprises jusqu'à l'époque victorienne.Je ne sais pas s'il existe encore beaucoup de cabines téléphoniques rouges à Chester, ni même de cabines téléphoniques tout court (déjà en 1994, BT mettait des cabines plus modernes, assez semblables à celles qui existaient en France), mais je me souviens avoir été ravie de les voir !
Le fleuve Dee traverse la ville, et les berges permettent une agréable promenade au pied des murs.

1994_Chester1

1994_Chester2

1994_Chester3

1994_Chester4

Chester - Angleterre - mars 1994