150730_Mont_Saint_Michel1 

Avec la mise en service de la passerelle, je suis retournée au Mont Saint Michel... mais une fois au pied, il y avait tant de monde que je n'ai pas eu du tout envie de me faufiler dans la foule présente à l'intérieur... 

Coup de chance, la marée était basse (même pas encore remontante...), le temps au grand soleil, le sol relativement sec... J'ai donc décidé de refaire le tour extérieur du Mont, ce que je n'avais pas fait depuis des années ! Il faut dire que les conditions avaient rarement été aussi bien réunies (y compris de ne plus avoir d'enfant en poussette.. oui, ils sont grands maintenant mais pendant de nombreuses années j'ai dû tenir compte du facteur poussette et il y a ainsi un certain nombre de promenades agréables que j'ai petit à petit rayées de mon répertoire mental,  et que je redécouvre ! ).

Je suis donc partie sur la gauche pour faire le tour dans le sens des aiguilles d'une montre. Il est bien entendu possible de partir par la droite mais je préfère un départ sur la gauche... peut-être par une bête habitude de l'époque où le grand parking se situait sur la droite ?

Il faut donc passer à côté de l'imposant bâtiment de la gendarmerie puis dépasser une tour qui vient d'être restaurée. On commence alors à avancer dans les cailloux jusqu'à la petite chapelle Saint Aubert. Construite au XVe siècle sur un petit bout de rocher situé à l'arrière du Mont, elle est dédié à Aubert, l'évêque d'Avranches qui a été à l'origine de la construction du Mont Saint Michel. L'accès se fait par un escalier de chaque côté de la chapelle... Elle est généralement fermée mais on peut jeter un oeil à l'intérieur par la fenêtre.

En continuant, les rochers deviennent plus gros et nombreux. On se situe à l'arrière du Mont, au pied de la partie non construite car trop abrupte et sur laquelle un petit bois s'est développé. En levant les yeux, il est possible d'apercevoir la flèche de l'abbatiale : nous sommes en dessous de l'abbaye.

On remarque une petite construction faisant face au rocher ainsi que quelques ruines. Il s'agit de la fontaine Saint Aubert, source d'eau douce qui alimentera le monastère de l'abbaye. Un escalier permettait d'y accéder : ce sont ses ruines que l'on distingue à l'orée du bois.

Le tour est bientôt terminé et l'on retrouve les murailles du village. Celles-ci, construites au Moyen-Âge, sont quasiment intactes (quelques tours ont souffert des outrages du temps dans leur partie intérieure), et sans doute encore plus impressionnantes vues d'en bas que lorsqu'on les parcourt... 

Encore quelques pas et je suis de retour à mon point de départ : l'extrêmité de la passerelle ! 

150730_Mont_Saint_Michel2

150730_Mont_Saint_Michel3

150730_Mont_Saint_Michel4

150730_Mont_Saint_Michel5

150730_Mont_Saint_Michel6 

150730_Mont_Saint_Michel7

150730_Mont_Saint_Michel8

150730_Mont_Saint_Michel9

150730_Mont_Saint_Michel10

150730_Mont_Saint_Michel11 

Mont Saint Michel - juillet 2014

(*) Le tour du Mont ne présente pas de danger particulier (on progresse essentiellement sur les cailloux et rochers), à condition de ne pas s'éloigner du Mont... Dès que le sol devient instable, le danger des sables mouvants guette : non, ce n'est pas une légende, oui, il est difficile de les repérer quand on n'en a pas l'habitude ! Il convient aussi de faire attention aux horaires des marées d'une part mais également aux horaires des lâchers d'eau du barrage (liés aux heures de marée) qui influent sur le niveau et le débit des fleuves qui se jettent en baie au pied du Mont... Il est indispensable d'être accompagné d'un guide pour s'aventurer dans la baie !