180929_expo_autre_cote_miroir_Valence_1

 

L'exposition temporaire en cours au Musée de Valence a été installée au début de l'été mais il aura fallu que j'attende septembre pour réussir à aller la voir... Une longue attente au vu des photos aperçues sur les réseaux sociaux qui avaient fortement attisé ma curiosité ! Une fois sur place, je n'ai pas été déçue : la mise en scène des oeuvres issues des réserves du musée par Philippe Model est extrêmement réussie.

D'entrée de jeu, les codes sont bouleversés ! Et on se retrouve sens dessus-dessous dans une salle rose comme un boudoir, où les cages à oiseaux enfermant divers objets ne sont pas sans rappeler Jean-Paul Goude mettant Laetitia Casta en cage. On sent que Philippe Model, chapelier star des années 80/90, a été bercé par les mêmes inspirations et marqué par l'esthétique de cette période. Cette première pièce est si riche de détails qu'il est certain que j'en ai loupé de nombreux !

Changement d'ambiance dans la seconde salle : nous voilà plongés dans une obscurité juste éclaircie de quelques touches lumineuses, un couloir sombre conduisant vers une lumière lointaine. Un miroir vieilli renvoie l'image d'un tableau qu'il faut se retourner pour voir. Des négatifs sur plaque de verre nous racontent un Valence d'il y a presque 150 ans... Les lumières jouent avec les ombres, à moins que ce ne soit l'inverse.

Les miroirs justement s'amusent ensuite à répondre aux fenêtres. Les ombres portées sont fausses et le paysage par la fenêtre s'étale sur l'arrière d'une grande toile retournée pour être réutilisée par son peintre. Hubert Robert fait face à Philolaos. La présentation n'est ni thématique ni chronologique mais pleine de vie !

L'escalier nous conduit dans un joyeux désordre jusqu'aux mises en scène de l'étage. La théatralisation est superbe et les sculptures se parent de fourures telles des stars !

Le couloir de miroirs renvoie ses reflets à l'infini, jouant avec les perspectives pour nous conduire dans un univers richement coloré. C'est ainsi que l'on découvre que déjà en 1943, le Musée de Valence jouait les rebelles en exposant des artistes jugés alors provocateurs (surtout contre le régime politique d'alors). Dufy faisait ainsi son entrée dans les collections permanentes du musée !

Là, les murs semblent prolonger les oeuvres. Ici, on a l'impression de se retrouver chez le Chapelier Fou d'Alice au Pays des Merveilles pour prendre le thé.

Alice qui, fort à propos, conclut cette exposition : "Comme ce serait drôle de ressortir parmi ces gens qui marchent la tête en bas. Les Antipodistes, je crois.. "

Il est temps pour nous de passer le rideau final pour revenir dans le monde réel...

Je ne sais pas si Philippe Model est un Chapelier Fou, mais il sait nous entraîner dans des contrées étranges,  nous faire rêver, nous donner envie de jouer avec les reflets, nous faire poser un regard moderne et décalé sur le Musée !

Une fois encore, le Musée de Valence a su nous émerveiller avec une exposition drôle et magique, une exposition qui bouscule les codes traditionnels du musée....

180929_expo_autre_cote_miroir_Valence_2

180929_expo_autre_cote_miroir_Valence_3

180929_expo_autre_cote_miroir_Valence_4

180929_expo_autre_cote_miroir_Valence_5

180929_expo_autre_cote_miroir_Valence_6

180929_expo_autre_cote_miroir_Valence_7

180929_expo_autre_cote_miroir_Valence_8

180929_expo_autre_cote_miroir_Valence_9

180929_expo_autre_cote_miroir_Valence_10

180929_expo_autre_cote_miroir_Valence_11

180929_expo_autre_cote_miroir_Valence_12

180929_expo_autre_cote_miroir_Valence_13

180929_expo_autre_cote_miroir_Valence_14

180929_expo_autre_cote_miroir_Valence_15

180929_expo_autre_cote_miroir_Valence_16

Exposition "De l'autre côté du miroir - reflets de collection" - Musée de Valence - Drôme - septembre 2018

 

(*) Cette exposition se tient au Musée de Valence (place des Ormeaux) jusqu'au 27 janvier 2019.
Les détails pratiques sont à retrouver sur le site internet du musée.