160827_grotte_thais_5

Si en ce mois d'octobre, le titre de mon billet peut surprendre, il était toutefois complètement d'actualité quand je suis allée visiter la grotte de Thaïs fin août alors que la température extérieure flirtait avec les 35°C... Visiter une grotte était donc un excellent moyen de passer une heure au frais !

Après une recherche rapide des grottes à proximité, force a été de constater que nous avions déjà vu les plus proches : celles de Soyons, de Choranche et donc de Thaïs... Le Vercors ne manque pas de grottes et j'ai un temps envisagé d'aller plus loin, mais l'idée de faire de la route sous la chaleur ne motivait pas les troupes... Troupes qui par contre ont émis le souhait de revoir la grotte de Thaïs...

Nous sommes arrivés en tout début d'après-midi à Saint Nazaire en Royans, avons trouvé une place ombragée pour la voiture et nous somems dirigés vers l'entrée de la grotte, au pied de l'aqueduc. Au passage à la résurgence de la rivière qui a creusé la grotte, une nappe de fraîcheur nous envahit ! 

Nous étions quelques minutes avant la visite guidée de 14.00 qui n'était pas complète, nous n'avons donc pas eu à attendre.

Le guide très sympathique nous a d'abord situé la grotte de Thaïs et son occupant, Cromagnon, dans le temps avant de nous parler de ses outils et de sa technique du feu, dont il nous a fait une petite démonstration.

Puis, direction l'intérieur de la grotte et ses 13°C constants ! Outre les traces de l'habitat de la grotte par Cromagnon et les importantes découvertes archéologiques qui y ont été faites, la grotte de Thaïs présente des concrétions calcaires et surtout un réseau de galeries creusées par l'eau au cours des millénaires à la recherche d'une sortie... De ce creusement par l'eau résultent des formes parfois très acérées, là où la roche plus dure n'a pas été érodée par la rivière.

La grotte se compose de plusieurs niveaux et au plus, nous ne sommes que 10 mètres sous terre. Avant d'entrer dans la grotte, l'eau parcours donc peu de distance et reste chargée des traces des éléments y compris de surface. Ainsi les concrétions prennent une teinte noire là où l'eau est passée par la forêt et a traversé l'humus... La teinte rouge provient du fer largement présent dans les environs.

La plupart des stalactites et stalacmites ont disparu de la grotte. En effet, au XIXe siècle, lors des visites, il n'était pas rare que le visiteur reparte avec un souvenir directement prélevé dans la grotte... Il ne reste aujourd'hui que les bases de ces concrétions, ainsi que les colonnes dont on croyait alors qu'elles soutenaient la voute et qu'on a donc bien pris garde de ne pas toucher !

Il reste également les concrétions plus discrètes en chou-fleur qui toutefois apportent beaucoup de poésie aux parois...

Une heure de déambulation et d'explications pas du tout rébarbatives plus tard, nous approchons de la sortie et nous sentons la chaleur de plus en plus forte... Nous venons de vivre une rafraichissante et enrichissante expérience souterraine !

Et si le guide nous a assuré que la création de la grotte était due à l'eau et non à une quelconque créature mystérieuse, je dois dire que nous avons tout de même croisé quelques silhouettes inquiétantes...

160827_grotte_thais_1

160827_grotte_thais_2

160827_grotte_thais_3

160827_grotte_thais_4

160827_grotte_thais_6

160827_grotte_thais_7

160827_grotte_thais_8

160827_grotte_thais_9

160827_grotte_thais_10

Grotte de Thaïs - Saint Nazaire en Royans - Drôme - août 2016

(*) les informations pratiques sur la grotte de Thaïs est à retrouver sur leur site internet.
A noter qu'il existe des billets couplés avec le bateau à roue du Royans et le jardin des fontaines pétrifiantes.