170802_oceanopolis_1

Je suis toujours assez partagée concernant les zoos et les aquariums... Aussi, en allant à Brest, je n'avais pas encore décidé si j'irai ou pas revoir Océanopolis... Et puis, il y a eu ce jour de pluie battante et la curiosité a fait le reste : nous faisions la queue quelques minutes avant l'heure de l'ouverture pour être certain d'être dans les premiers à entrer et pouvoir visiter les lieux avec le moins de monde possible...

Ce n'était pas la première fois que j'allais à Océanopolis. Je l'avais découvert au printemps 1992, à peine 2 ans après son ouverture et j'y étais retournée 3 ou 4 ans plus tard. Si aujourd'hui, Océanopolis communique en tant que "parc de découvertes", à l'époque, il appuyait beaucoup plus sur sa dimension "centre de culture scientifique".

Le réaménagement du début des années 2000 a vu l'ouverture des pavillons tropical et polaire en complément du pavillon originel : le pavillon tempéré. Rénové l'hiver dernier, il a été ré-ouvert sous le nom de pavillon Bretagne. C'est à mon avis le plus intéressant des 3 pavillons, même si c'est sans doute celui qui semble le plus fade aux visiteurs. Il présente la faune et la flore locale, s'intéressant aux différents biotopes marins bretons. Ici nul poisson multicolore, mais des explications, un laboratoire de médiation scientifique, la possibilité d'observer du plancton au microscope...

Nous avons passé un long moment dans ce pavillon, qui nous a semblé moins bondé que les deux autres (peut-être un effet de l'horaire, mais pas uniquement à mon avis... tout y semble bien moins spectaculaire). Le pavillon polaire dispose d'une manchotière et de beaucoup d'espace d'exposition autour des interactions entre les habitants traditionnels des régions polaires et la nature. Quant au pavillon tropical, j'avoue ne pas lui avoir trouvé d'intérêt particulier tant il ressemble à s'y méprendre à tous les autres aquariums que j'ai pu visiter, en particulier concernant les espèces présentées (Nemo et Dory en superstars comme il se doit ! ).

Et puis, je me pose quand même des questions, et en particulier celle de l'espace dont disposent les animaux quand, par exemple, je constate qu'il y a maintenant 6 phoques dans le bassin où autrefois, ils étaient 3...

J'ai aussi trouvé que les informations sur les autres missions d'Oceanopolis étaient moins mises en avant : recherche scientifique, clinique pour les phoques, travail sur les pollutions accidentelles en mer... Tout cela est à peine évoqué. Océanopolis dans sa version grand public semble être entré dans une logique plus marketing, plus commerciale... et cela fonctionne si j'en crois la longueur de la file d'attente pour entrer dans les lieux au moment où nous en sortions.

170802_oceanopolis_2

170802_oceanopolis_3

170802_oceanopolis_4

170802_oceanopolis_5

170802_oceanopolis_6

Océanopolis - Brest - Finistère - août 2017